Un des éléments qui m’accroche le plus dans un roman est les personnages. Qu’ils soient secondaires ou principaux, si l’un d’eux m’interpelle, me touche ou me rejoint, je me sens incapable de fermer le roman, que je le trouve bon ou mauvais. J’aurais trop l’impression de trahir ce nouvel ami. Je vous présente donc trois de ces personnages qui ont été mes amis le temps d’une lecture. (Encore une fois, je suis incapable de les placer dans un ordre précis. Je les aime tous égaux, point. Et, comme à l’habitude, en cliquant sur le titre vous accéderez à la page du roman chez Les libraires, donc à un résumé de celui-ci.)

Éloïse/Éloi dans Garçon manqué

J’aurais tout aussi bien pu choisir Thomas dans La recrue du même auteur. Samuel Champagne a ce don de nous faire aimer un personnage. Dans le roman Garçon manqué, j’ai eu l’impression d’être l’amie d’Éloi tout au long du roman. J’étais sa confidente, j’étais celle qui vivait ses questionnements et sa transition avec lui. Je lui ai parlé, je l’ai encouragé à voix haute. Je l’ai appuyé dans ses choix comme j’aurais appuyé ma meilleure amie. Éloi avait une force de caractère incroyable. J’ai envié sa confiance en lui, en ses choix, mais il m’a surtout inspirée. Éloi, malgré sa transition difficile, c’est le roc qui semble ne jamais céder. Le positivisme de ce personnage ainsi que ses réflexions profondes, mais vraies, m’ont fait apprécier ce roman et découvrir la thématique de la transsexualité. C’est un À LIRE sans hésiter!

Chris dans Le boulevard

Ce jeune homme de 18 ans n’est rien de moins qu’inspirant. Surnommé « l’imbécile heureux », Chris est un handicapé intellectuel qui a une rapidité d’apprentissage impressionnante. Malgré le départ de sa mère, il n’abandonne pas, il continue de croire en la vie et de voir chaque rayon de soleil, peu importe la grosseur des nuages qui planent au-dessus de sa tête. Ce que j’ai aimé de ce personnage, c’est sa sensibilité, mais aussi son honnêteté. À ses côtés, chaque drame semble devenir un grain de sel. Il devient impossible de se décourager ou de ne pas avoir confiance. Chacun a ses forces, et c’est ce qui devrait nous faire aimer la vie.

Mathieu dans Chercher Sam

 Mathieu, c’est l’itinérant qu’on a appris à connaitre. C’est un jeune homme qui s’est ramassé dans les bas-fonds après une suite d’évènements catastrophiques. C’est celui qui ne demande rien de plus qu’être vu comme un adulte ordinaire. C’est celui qui nous fait prendre conscience que les itinérants sont des humains comme vous et moi. C’est celui qu’on veut aider sans toutefois forcer. Aux côtés de sa chienne Sam, Mathieu est bien. Il survit. Il nous montre que parfois, quand on sait se contenter de ce qu’on a, on est capable d’être heureux quand même.

Auggie Pullman dans Wonder

Évidemment, je ne pouvais passer par-dessus celui-là. J’ai l’impression d’être très clichée, mais ce personnage est une réelle inspiration et parcelle de bonheur. Il vit ses émotions à fond de train, notamment parce qu’il est conscient de sa différence et de ce que celle-ci fait vivre à ses proches. C’est un petit bonhomme très lucide. Même s’il a ses moments de découragement, il réussit à passer par-dessus parce qu’il est reconnaissant de tout l’appui que lui offrent ceux qui l’aiment réellement. Un petit plus très important qu’on a trop souvent tendance à oublier quand on est dans une passe difficile et qu’on ne veut que se refermer comme une huitre.

À l’écriture de cet article je constate que j’ai un penchant pour les personnages qui vivent quelque chose de différent. Ceux qui ont leur part de drame, ceux à qui je voudrais tendre la main. Et vous, quel(s) personnage(s) vous a le plus marqué-e?