Denis Côté, Éditions Bayard Canada, Collection Crypto, Montréal, 2016, 123 pages.

Edgar, enseignant de français au secondaire, est recruté pour tester une nouvelle technologie : l’immersion au cœur d’un roman. Avec Daphnée, élève passionnée de lecture, et Alexandre, élève plutôt dégouté par la lecture (et par son enseignant!), Edgar plongera dans un roman où leur vie pourrait être mise en péril.

J’ai adoré l’idée de ce roman! Qui n’aimerait pas avoir la chance de plonger au cœur d’un livre et d’y ressentir exactement les émotions des personnages? Ce que vivent Edgar, Daphnée et Alexandre, c’est une technologie que j’espère sincèrement voir se développer. Ils ont la possibilité d’expérimenter l’immersion dans un nouvel univers – parfois imaginaire – ou une nouvelle culture. Quoique ce qu’ils vivent peut jouer directement sur leur état de santé… C’est un risque à prendre!

Même si l’histoire est fort intéressante, j’ai trouvé qu’elle manquait d’actions. Le roman dans lequel sont plongés les personnages leur fait vivre toutes sortes d’épreuves, mais celles-ci semblent racontées très rapidement. J’aurais pris un bon nombre de pages supplémentaires! La longueur du roman pourra toutefois rejoindre des lecteurs plus craintifs ou en difficulté. C’est aussi une œuvre qui pourrait très bien se lire à voix haute en classe!

J’ai beaucoup apprécié les deux personnages complètement différents. D’un côté, nous retrouvons une lectrice affamée et passionnée, qui en demande toujours plus de son enseignant. De l’autre, nous faisons face à un non-lecteur, un élève qui, au contraire, ne se sent pas à sa place dans le cours de français. Non seulement la lecture est pour lui une perte de temps, mais en plus, il déteste son enseignant. Ces descriptions sont assez représentatives et font en sorte qu’autant les lecteurs que les non-lecteurs pourront se retrouver dans le roman.

« Je n’ai jamais compris ceux qui trouvent que les livres, c’est important. […] Qu’est-ce que ça vaut, un livre, comparativement à un bon film? Est-ce qu’il y a de la musique dans un livre? Du mouvement, de la couleur, des effets spéciaux, du 3D? » (Les cybernaufragés, p.8)

Cette citation serait parfaite pour ouvrir un débat! Les amateurs de littérature d’un côté, les amateurs de cinéma de l’autre!

Les cybernaufragés – L’enfer de glace est un livre que je conseillerai à des élèves plus difficiles, qui cherchent un roman court, mais c’est aussi un roman que je lirais sans hésiter à voix haute pour permettre aux élèves d’imaginer ce que pourrait être la vie plongée au cœur de leur histoire favorite. Et pourquoi ne pas leur faire écrire (ou décrire à l’oral) cette immersion dans un roman de leur choix?

Pour commander le roman et encourager les librairies indépendantes du Québec, cliquez ici!

« Mais comment dire à un être pensant, doté d’une personnalité et d’une conscience, qu’il n’est rien d’autre qu’un personnage fictif? Comment le convaincre qu’il existe uniquement à l’intérieur d’un livre? De même, comment expliquer à cet être qu’on vient d’un autre monde, d’un monde parallèle – en fait du seul monde réel – où des gens écrivent ces livres? » (Les cybernaufragés, p.64)

Publicités