Nicole Bélanger, Éditions Québec Amérique, Montréal, 2017, 185 pages (Salut mon roi mongol! Éditions Les Intouchables, 1995).

Manon et son petit frère Mimi seront placés en famille d’accueil, car leur père malade et leur mère à bout de force ne peuvent plus s’occuper d’eux adéquatement. Pour Manon, il est inenvisageable d’être séparée de son petit frère. Avec leurs cousins, ils décident donc de fuguer, avec une grand-mère qu’ils ont kidnappée, afin d’empêcher la travailleuse sociale de briser leur famille.

Le récit se déroule dans les années 1970, pendant la crise d’octobre. L’auteure réussit à nous y camper de manière incroyable. Lire ce roman m’a permis de mieux comprendre cette période et de me l’imaginer de manière très précise. C’est grâce à de telles œuvres que je comprends mieux notre Histoire.

Le personnage de Manon est très particulier. C’est une jeune adolescente délurée, mais très réfléchie. Elle m’a fait rire à maintes reprises avec sa répartie, mais m’a aussi beaucoup touchée. La relation qu’elle entretient avec Mimi, ses questionnements d’adolescente, son désespoir dans la situation… Elle est forcée à grandir beaucoup trop rapidement.

La lecture du roman fut fort agréable. La plume de Nicole Bélanger nous ramène dans une période pas si lointaine et nous offre des images très claires des personnages et des situations dans lesquelles ils sont poussés.

Vous pouvez commander le roman et encourager, par le fait même, les librairies indépendantes du Québec en cliquant ici!

« Je sais pas qui est l’espèce de lavette qui a dit qu’on s’habitue à tout, mais moi, je dis que c’est pas vrai. Est-ce qu’on peut sincèrement s’imaginer qu’à force de recevoir des claques derrière la tête, d’entendre des gens s’engueuler et d’être constamment empêché de faire ce qu’on veut, on va réellement finir par y prendre goût? » (Les rois mongols, p.33)

Les rois mongols – Le film

Bien entendu, il m’a été impossible de ne pas aller voir le film pour comparer les deux œuvres. Verdict : j’ai A-DO-RÉ l’adaptation cinématographique. Vraiment, je ne suis ressortie du cinéma avec aucune déception. Le roman original a très bien été adapté à l’écran. L’adaptation est très fidèle à l’œuvre originale, ce qui m’a beaucoup plu puisque j’y ai notamment retrouvé la naïveté mêlée à la maturité de Manon, la protagoniste. Les comédiens ont su refléter exactement les caractéristiques principales des personnages du roman. Une belle découverte pour ces différents jeunes acteurs qu’on ne voit que très peu sur nos écrans.

Je n’aurais que des points positifs à dire de ce film. Honnêtement, je considère que c’est un drame québécois comme on en voit rarement. Une œuvre fidèle à une époque dont on ne traite pas beaucoup, mais qui est fort intéressante. Des personnages attachants et particuliers. Une histoire parfois difficile à croire, mais qui nous fait mieux comprendre les émotions vécues par Manon et son petit frère. Et que dire de la musique : des pièces québécoises choisies avec minutie pour faire vivre une tonne d’émotions.

J’ai eu des frissons tout au long du film (et pas simplement parce qu’il faisait drôlement froid dans la salle de cinéma). Les personnages nous font vivre leurs émotions avec eux et viennent nous chercher au plus profond. Les rois mongols, c’est une œuvre à voir (et à lire)!

Visionnez la bande annonce juste ici!

Publicités