Guy Booshay, Éditions Vents d’Ouest, 2016-2017.

Spectral est un magazine tenu par deux amis qui ont deux visions assez opposées des phénomènes étranges. D’un côté, Brijit a un esprit plus scientifique et croit que les entités qui obsèdent parfois les pensées de ses patients ont un lien avec un vieux secret de famille. De l’autre côté, Samuel croit davantage en ces entités fantomatiques. Ensemble, ils travaillent à régler les problèmes de patients qui voient leur vie chamboulée après une foule d’évènements étranges. C’est d’ailleurs le cas de Delphine et sa tante Julie dans le tome 1 et de Sarah dans le tome 2. Chacun de ces personnages est en proie à des phénomènes étranges qui les poussent à se questionner sur l’existence des esprits.

Dès qu’on met des scènes d’esprits ou de phénomènes surnaturels étranges, j’angoisse. Dans ces romans, c’est le cas. La jeune Delphine, par exemple, entretient une relation particulière avec une mystérieuse créature (inventée de toutes pièces ou fantomatique, allez savoir!) qui fait planer une aura effrayante dans la maison des Corrigan. Impossible alors pour moi de ne pas ressentir  les mêmes frissons que Julie, la tante. Le deuxième tome, Docteur l’Indienne, m’a tout autant fait angoisser. Je suis le genre de personne qui n’est pas certaine de croire ou non en l’existence des esprits. C’est pour cette raison je crois que je peux autant me laisser emporter par le roman et avoir la frousse.

Le rôle de Brijit avec ses patients est notamment d’apprendre ce qui a marqué leur passé pour les aider à passer par-dessus et finalement éliminer les démons. L’enquête est donc dévoilée peu à peu, par les bribes que Brijit peut apercevoir en infiltrant la mémoire de ses patients, mais aussi par les recherches de Samuel qui a une vision totalement différente de tout ça.

Un des éléments que j’ai particulièrement apprécié de cette histoire est l’entraide des deux amis. Même s’ils ont une vision différente du paranormal, ils travaillent de pair et sont ouverts à la vision de l’autre. Cela leur permet de découvrir des éléments complètement différents qui finiront par faire avancer la quête. J’ai par contre parfois trouvé que leur discours était un peu compliqué et répétitif, mais ces passages ne prennent qu’une petite portion de l’histoire, donc on passe par-dessus assez rapidement.

Si vous aimez les histoires d’esprit et de phénomènes étranges, ces deux romans seraient une très belle découverte à faire. J’ai lu les deux tomes dans l’ordre, mais comme les histoires des patients sont complètement différentes, vous pouvez lire le deuxième sans avoir lu le premier (et personnellement, c’est le deuxième mon préféré). Vous pouvez commander le tome 1 en cliquant ici et le tome 2 juste ici (tout cela en encourageant les librairies indépendantes du Québec).

« Je suis perturbé, moi? C’est la société qui est perturbée! Parce qu’on n’accepte pas les comportements différents ou étranges, Sarah serait cataloguée comme une schizophrène? Alors un traitement médicamenteux à long terme la condamnera d’une manière éclatante et contribuera à la rendre réellement malade. » (Spectral – Le docteur l’Indienne, p.105)

Publicités