Daniel Brouillette, éditions Les Malins, Montréal, 2018.

Benoit-Olivier est en sixième année avec madame Béliveau – pour ne pas dire Bélivache. Alors que ses cours sont toujours aussi plates, notre héros nous donne la possibilité de pimenter un peu sa journée d’école. On le suit donc à travers divers choix que le lecteur a la possibilité de faire (ou pas…).

J’ai toujours aimé les livres dont vous êtes le héros. Je lisais beaucoup de Passepeur quand j’étais plus jeune. J’aimais cette idée d’avoir plusieurs histoires en une et d’avoir le « contrôle » sur ma lecture. Toutefois, comme l’écrit si bien Daniel Brouillette dans son introduction, ces livres qui se lisaient avec des dés permettaient à tous et chacun de tricher comme bon lui semblait. Sinon, où est le plaisir de savoir que tu vas mourir parce qu’il est impossible d’obtenir les bons chiffres?

« Encore là, il m’était impossible d’accepter la mort de mon personnage après dix heures de lecture. Quelle perte de temps! Il n’y a pas un jeune équilibré mentalement qui, dans cette situation, se serait dit : « Pas grave, je recommence tout ». Euh… wô minute! » (Le livre de Bine dont vous êtes le z’héros, « Ça commence ici par un mot interminable de l’auteur »)

Je n’ai lu que le premier tome de la série Bine. J’étais donc en mesure de comprendre certaines références et je connaissais déjà les personnages de ce roman. Ce fut une lecture encore plus agréable puisque j’avais tout le loisir de faire réagir ceux-ci comme je le désirais.

Tout l’intérêt de ce livre repose dans son absurdité. Que ce soit les blagues de pet totalement assumées, les rires au mot « pénis » ou les jeux de mots de l’auteur, on est loin de s’ennuyer avec ce livre (qu’on peut en plus lire plus d’une fois en étant toujours surpris!). J’aime que l’auteur saute par-dessus les barrières, qu’il n’hésite pas à utiliser chaque occasion de sortir de l’ordinaire et de créer une niaiserie. Je pense notamment à la page sur laquelle se retrouvent toutes les infos sur les participants à la création du livre. Même celle-ci ne reste pas intacte. Daniel Brouillette y a mis sa touche humoristique, comme partout ailleurs dans le roman.

Ce livre dont vous êtes le « z’héros » est à mon avis une vraie réussite. Attrayant visuellement, hilarant et sans prétention, il saura sans aucun doute plaire aux jeunes (et moins jeunes) lecteurs et lectrices avides d’humour. Même celui ou celle qui n’aime pas lire devrait éprouver du plaisir! Si j’enseignais en 1re secondaire cette année, il est certain que je l’aurais lu avec mes élèves!

Pour commander le roman et encourager les librairies indépendantes du Québec, cliquez ici!

 

Publicités