Marie-Jeanne Chaplain-Corriveau, 2017, 322 pages.

Chloé et son copain sont des geeks assumés à leurs heures. Ils n’échangeraient leurs vendredis jeux de société contre rien au monde. Toutefois, quand vient le temps de partager cette passion avec les autres, le secret l’emporte. Avec leur première expérience de jeux de rôle grandeur nature (GN), ils mèneront une double, voire triple, vie le temps d’assumer leur côté geek. C’est tout de même cette nouvelle passion qui leur permettra de rencontrer d’autres joueurs assumés (ou non), comme Jenn, une jeune étudiante en traduction.

Je n’avais vraiment aucune attente par rapport à ce roman, autre que de sortir de ma zone de confort. Je n’ai aucune connaissance en jeux de rôles ou en l’époque médiévale. Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais, et je crois que c’est pour cette raison que ma lecture a autant tardé. Je peux toutefois affirmer sans gêne que je l’ai finalement adorée! Une fois embarquée dans l’histoire, j’avais hâte de m’y replonger. C’est un roman qui m’a réellement permis de m’évader, de découvrir un monde complètement différent.

Pour une novice comme moi, ce roman était vraiment idéal puisqu’il alterne très bien entre la vie réelle et le jeu de rôle. En effet, on découvre nos personnages (Chloé et Jenn entre autres), dans leur vie professionnelle et amoureuse, en plus de les voir avancer dans le monde de Navämgard où elles se retrouvent quelques fins de semaines pendant l’été. J’avais donc l’impression, en tant que lectrice, que je vivais ma première fois en même temps qu’elles. J’ai découvert le monde des GNs et je l’ai trouvé fort intéressant!

« Les GNs, c’est accepter de croire, pendant un instant, que tu es quelqu’un d’autre. C’est le pouvoir d’écrire ta propre histoire, par tes actions, tes alliances et tes trahisons. » (Les chroniques de Navämgard, p.56)

Amateur ou pas, geek ou pas, le roman est pertinent, car il démystifie un univers sur lequel on entretient parfois des préjugés. En plus de nous en apprendre un peu plus sur le fonctionnement de ces jeux de rôles, on vit une incursion directe dans ceux-ci, par le biais de Chloé qui, en même temps de faire évoluer son personnage Aéryn, parvient à assumer qui elle est.

Même si je me suis perdue à quelques reprises lorsque l’histoire se déroulait à Navämgard, j’ai embarqué à pieds joints dans cette lecture qui m’a ouvert sur un tout nouveau monde. Si vous désirez, comme moi, faire le saut, vous pouvez commander le roman et encourager l’autrice en cliquant juste ici!

Publicités